Noch nicht registriert ? Erstellen Sie eine Overblog !

Mein Blog erstellen

Dinaria

Dinaria

Blogs

dinaria.over-blog.com

dinaria.over-blog.com

...à bâtons rompus
Dinaria Dinaria
Artikel : 10
Seit : 12/05/2013

Artikel zu entdecken

...printemps, où es-tu?
Qu'un peu de temps..

Qu'un peu de temps..

Lorsque je m’assois sur mon balcon, Je n’entends plus le bruit du voisin. Pas les grondements des avions, Et plus l’aboiement des chiens. J’ai besoin de ce temps pour moi, D’un moment où je savoure la silence, Je plonge dans la vue des fleurs En admirant leur élégance. Les derniers rayons de soleil Annoncent la fin d’été… Ils me
Bienvenue...

Bienvenue...

voilà, c'est fait, je commence ma vie comme "bloggeuse"...bienvenue sur mes sites..promenez-vous....

..ma fontaine préférée...

Vingt ans trop tard...

Vingt ans trop tard, Tu m'as fait les yeux doux, Me charmé en l'état, Je commençais à prendre goût. Dix ans trop tard, Tu es un homme comprenant, Digne de foi, Respectueux, galant. Trop tard, Car aujourd'hui je suis prise, Tu sentiras peut-être mon parfum, Quand tu es effleuré d’une brise. _Dinaria_
Imagination

Imagination

Elle te semble comme une imagination, Tu commences à douter de ta raison. As-tu touché ses cheveux blonds, Ou as-tu déliré sur cette liaison ? Elle n’a laissé aucune trace, Tu te souviens plus de son parfum, Parfois tu la vois au milieu de la place, Hélas, ton œil te joue un tour vilain. Tu sens sa main dans la tienne, Son esprit te chasse

Il était une fois...

....il était une fois une poétesse. D'abord, elle ne savait pas qu'elle possédait ce don. C'était un ami qui l'avait inspirée. Qui l'a encouragé d'écrire. Puisqu'elle n'écrivait pas dans sa langue maternelle, elle était timide, réticente. Mais peu à peu, elle devenait courageuse, dessinait des jolis images avec ses mots. Elle s'est enfui

Karaoké Playback Français - L'encre De Tes Yeux — Karaoké Playback Instrumental — Rendu Célèbre Par Francis Cabrel
À la plage

À la plage

Le chant des cigales, la danse des dorades, je plane sur le sable. L'empreinte de mes pieds, mon chemin décidé, tout est pardonnable. Le bruit des vagues écumantes, me distrait de ma vie éclatante, je reste raisonnable. Je dois quitter cette plage - un dernier adieu - dommage. 5 août 2013